Soirée raclette – Acte 1/2

(Histoire proposée et illustrée par Teubcrade)

Il y a quelques semaines, mon pote Idriss, un superbe métisse toujours chaud comme la braise, m’avait invité chez lui pour une soirée raclette. Et vous pensez bien qu’un amateur de from comme moi est toujours partant pour déguster une bonne raclette !

Bref, a priori pas de baise de prévue, juste une petite soirée tranquille entre potes… Pourtant j’avoue que quand mon pote m’a donné au téléphone la liste des autres invités, ma queue a tout de suite frétillé de mon calbut ! Tout d’abord Johan son nouveau mec, un petit keum de 24 ans (brun, yeux verts, mince et élancé, barbe de 2-3 jours) que j’avais déjà croisé deux ou trois fois en boîte par le passé sans pour autant parvenir à le ramener dans mon pieu. Faut dire qu’à côté de mon pote Idriss, de sa gueule de lascar et de son calibre de fou ; un bon 23 cm, bien épais et doté d’un super long prépuce, je ne faisais pas le poids. Bien que mon pote soit en général assez prêteur, je n’avais pas encore eu l’occasion de constater à quel point ce Johan assurait au pieu, mais Idriss m’avait mis plusieurs fois l’eau à la bouche en me racontant en détails leurs baises les plus torrides. Et nul doute que le p’tit Johan était déjà grave accro au calibre de mon pote et prêt à tout pour lui faire prendre son pied.

Parmi les autres invités de la fameuse soirée raclette, Greg, un collègue gay de mon pote avec qui j’avais sympathisé et que j’avais revu plusieurs fois pour de bons plans sniff… Je dois même dire que c’est moi qui l’ai initié aux trips odeurs et depuis, il adore se faire récurer la tige par de bonnes salopes bien accro au from. D’ailleurs, je suppose avec son côté bad boy, il ne doit pas peiner à se faire reluire le chibre. Je ne l’avais pas croisé depuis un bon moment et je me réjouissais donc de le retrouver chez mon pote ce soir-là… Enfin, dernier invité à cette soirée raclette, David, un mec du Sentier qu’Idriss avait récemment croisé au sauna et avec lequel il avait sympathisé (faut dire que ça crée des liens de loper un mec à deux pendant plus de deux heures dans une cabine !).

Même si à priori mon pote avait bien précisé qu’il s’agissait juste d’une soirée raclette, je ne pouvais m’empêcher de penser à la méga touze que l’on pourrait se faire tous les cinq si toutefois l’occasion se présentait. Et j’étais d’ailleurs d’autant plus excité qu’Idriss avait cru bon d’ajouter que tous les invités kiffaient le from et que forcément tout le monde apprécierait cette soirée raclette ! Putain, il n’en fallait pas plus pour me mettre direct les hormones en ébullition ! Si comme il l’a dit, tous les invités kiffaient vraiment le fromton et les odeurs de teub, il était hors de question que la soirée se limite à une simple dégustation de reblochon fondu ! Il fallait absolument que je trouve un moyen de faire dévier à coup sûr la soirée… Après avoir songé à toutes les techniques d’approche possibles, je me suis dit que le mieux était encore d’y aller cash et de filer la trique direct à tous les convives. Et pour cela, quoi de mieux que de débarquer avec une bonne petite lope prête à décrasser cinq mecs en rut et à leur servir de chiottes et de vide-couilles pendant toute une soirée !

Je me suis donc aussitôt connecté à plusieurs sites de cul et après un peu plus d’une heure de dial sans grand intérêt, je suis enfin tombé sur Alan, un minet de 21 ans, visiblement bogosse d’après les photos de son profil, à la recherche d’une baise bien hard et de sensations nouvelles. Ben mon gars, avec cinq bitos bien fumants et plein de sève à purger, je peux t’assurer que tu vas en avoir des sensations ! Je lui ai donc présenté le plan en lui disant qu’il m’accompagnerait pour la soirée mais que sitôt arrivé chez mon pote, je le foutrais à poil et qu’il devrait nous servir de clebs pendant toute la soirée, jusqu’à ce que nous n’ayons plus un centilitre de jus dans les burnes. Visiblement le mec était grave excité à l’idée de faire loper par cinq queutards en rut, et il m’avoue même que son principal fantasme depuis des mois c’est de faire le larbin pour un ou plusieurs mecs. Humm visiblement il n’a pas froid aux yeux le minet ! J’espère qu’il sera toujours aussi salope quand je lui décalotterai mon gland bien pourrave sous le nez. Après un bon lopage à distance par webcam histoire de m’assurer de la qualité de la marchandise (vous auriez vu le gode qu’il s’est rentré dans le fion…), je lui ai fixé rendez-vous le vendredi suivant à 20 heures pile en bas de chez lui, afin de le récupérer en caisse en allant bouffer chez mon pote.

Comme prévu, ce bâtard m’attendait sur le trottoir, une clope à la main. Putain l’enfoiré, il était encore plus bandant en vrai ! 1m80, mince, cheveux blonds coupés très courts, petit collier de barbe et diamant à l’oreille. Côté fringues, un vrai mec de cité : pantalon de survêt blanc, casquette Adidas, sweat Airness avec par-dessus un bombers noir entrouvert et aux pieds une paire de TN noires et or avec visiblement déjà pas mal de vécu ! Putain, je peux vous dire qu’il m’a foutu direct le gourdin ! J’ai arrêté ma caisse à son niveau, baissé la vitre côté passager et lui ai lancé avec un sourire en coin :
— Ouah, fringué comme çà, mes potes vont te sauter dessus direct mec !
Et sans se démonter, il m’a répondu illico :
— Ça tombe bien alors… Ce soir, je suis grave en mode salope ! Je vais être la plus grosse chiennasse que vous ayez jamais vu !
— Ben j’espère bien mec ! C’est clair que t’as intérêt d’assurer grave, je n’ai pas envie de me taper la honte devant mes potes… En attendant, grimpe dans la caisse !

Pendant tout le trajet (une dizaine de minutes environ), ce bâtard n’a pas arrêté de me chauffer grave en se tâtant le paquet à travers son fut ou en déchaussant à moitié ses TN histoire qu’une bonne odeur de pieds envahisse la bagnole… Putain, je ne sais pas comment j’ai fait pour résister car j’avais qu’une envie, c’était de m’arrêter dans un coin discret pour lui montrer à qui il avait à faire ! Mais bon, je n’allais quand même pas arriver chez mon pote avec un larbin déjà couverte de jus et de pisse. C’est un peu comme si j’avais déjà bu la moitié de la bouteille de vin avant d’arriver !

Dix minutes plus tard, nous voilà donc arrivés devant l’immeuble de mon pote Idriss. J’avoue que j’appréhendais un peu sa réaction en me voyant débarquer chez lui avec un mec à poil… Mais bon, le mec était super canon et je l’avais briefé grave pendant le trajet pour qu’il s’occupe direct de notre hôte en arrivant… Et puis bon, c’est quand même plus original d’arriver à une soirée raclette entre potes avec une bonne lope plutôt qu’avec une bouteille de vin blanc, non ?

Arrivés dans le couloir de l’appart, j’ai ordonné à Alan de se désaper afin d’être complètement à poil quand mon pote ouvrirait la porte. Visiblement surpris, il m’a lancé d’un air hésitant :
— Ben j’vais quand même pas me désaper ici mec, quelqu’un pourrait arriver…
Sans qu’il s’y attende, je lui balance une grosse mandale dans la gueule, aussitôt suivi d’une énorme mollard pile entre les deux yeux.
— Je ne t’ai pas demandé ton avis bâtard ! Je t’ai dit de te foutre à poil maintenant alors tu fermes ta gueule de pute et tu obéis ! N’oublie pas que ce soir, tu es notre pute alors crois-moi, tu as plutôt intérêt à obéir !!
À ces mots, sans doute un peu flippé, il retira son bombers et son sweat laissant apparaître un torse totalement imberbe et finement musclé, légèrement luisant de sueur. Faut dire que j’avais poussé le chauffage à fond dans la caisse ! Il a ensuite retiré ses TN et l’odeur que j’avais déjà perçue dans la caisse m’a alors directement atteint les narines… Hum ce petit bâtard avait déjà dû bien les imprégner ! Conscient de l’effet que ça produirait sans nul doute sur mes potes, je lui ai demandé de remettre ses skets une fois le futal enlevé… Le voilà donc à poil dans le couloir, portant simplement un jockstrap blanc mettant grave en valeur son boule et sa paire de TN pourraves. Putain, c’est clair que comme çà il allait faire un effet bœuf l’enfoiré !

Je sonne à la porte et quelques secondes plus tard, celle-ci s’entrouvre laissant apparaître mon pote Idriss en débardeur…
— Ben alors mec, on attendait plus que toi ! Qu’est-ce que tu foutais ?
— Désolé mon pote, c’est juste que je me suis arrêté en chemin pour prendre quelque chose pour la soirée…

J’ai alors choppé la lopsa par la nuque et lui ai foutu direct dans les pattes… Avant même qu’il ait eu le temps de comprendre ce qui se passait, Alan avait déjà la gueule collée sur le paquet de mon pote et commençait à lui malaxer son beau petit boule de black bien ferme.
— Ben ouais, comme je ne savais pas quoi amener, je me suis dit qu’une lopsa, ça te ferait sans doute plaisir !
Idriss a alors éclaté de dire et m’a lancé en se marrant :
— Putain j’hallucine, mais tu es vraiment un ouf toi !
Et avant de continuer, il a choppé le mec par la nuque afin de voir sa gueule de plus près…
— Hummm en tout cas, excellent choix mon pote ! Je crois qu’on ne va pas s’emmerder ce soir… Eh les mecs, venez voir le cadeau qu’on vient de m’apporter !

Aussitôt les trois autres mecs, qui étaient restés dans le salon autour de l’apéro ont rappliqué et le p’tit Alan a aussitôt fait l’objet de toute leur attention…
— Putain ce n’est pas vrai, il a osé ! a lancé Johan, le copain d’Idriss, l’air faussant choqué, tout en se remettant au passage la queue dans le calbut.
— Et ben, ça c’est du cadeau les mecs ! J’espère que tu ne te la joueras pas perso Idriss et qu’on pourra en profiter nous aussi… a ajouté Greg, que je reconnaissais bien là, toujours prêt à niquer !
Enfin, juste derrière lui, un mec assez baraqué arborait un large sourire en matant le boule déjà bien cambré de ma lope. J’en déduis qu’il devait s’agir du fameux David, avec lequel mon pote Idriss avait niqué toute une après-midi au sauna, et à en croire la bosse qui se dessinait déjà sous son survêt, il affichait lui aussi un énorme potentiel.

— Profitez-en les mecs, ce bâtard ne rêve que d’une chose c’est de se faire larver comme une vraie chiennasse pendant toute une nuit.
— Ouahhh trop bon ! Ben alors il ne va pas être déçu ! On va grave lui ruiner le boule, hein les mecs ?!
Joignant le geste à la parole, Idriss claque alors d’un coup hyper sec le cul de la lopsa qui ne peut s’empêcher de pousser un petit gémissement.
— Mais en attendant les mecs, j’ai grave la dalle… Alors on va foutre le clebs à la niche en attendant de s’occuper de lui.
Puis, se tournant vers son mec…
— Johan, va chercher ton collier et ta laisse… Pour une fois, ce n’est pas toi qui le porteras : j’ai trouvé un autre clebs pour ce soir !
Johan devint alors écarlate, provoquant l’hilarité des autres mecs. Quelques minutes après, voilà notre minet équipé d’un collier de cuir noir et tenu en laisse par mon pote Idriss, qui prend visiblement un malin plaisir à tirer des coups secs sur la laisse pour le ramener sur son paquet déjà bien gonflé.

Nous nous vautrons alors tous sur le canapé et, visiblement ravi de son nouveau joujou, Idriss le fait alors mettre à quatre pattes devant nous afin d’installer les chips et les olives. Putain trop fort la table basse ! La vodka a alors commencé à couler à flots et l’alcool aidant, les mecs se montrent de plus en plus entreprenants avec Alan. Certains lui tâtent le boule, lui glissant parfois un doigt sur la rondelle en l’insultant… D’autres, à commencer par moi, préfèrent profiter de sa langue de pute pour se faire décrasser les skets. Et apparemment, ça l’excite grave ce bâtard !

Greg est le premier à oser virer sa TN pour en faire profiter notre lopsa… Putain, je ne vous dis pas l’odeur de fou quand il a retiré ses skets, laissant apparaître des cho7 qui n’avaient sans doute plus été blanches depuis bien longtemps. Il a alors pris une de ses skets et l’a plaqué direct sur la gueule de la lope.
— Alors salope, on dirait que tu kiffes l’odeur de mes ieps, non ?
À en croire les gémissements qu’il poussait, aucun doute à ce sujet en effet. C’était vraiment trop kiffant de voir Greg le gazer avec sa Tn pourrave… Dire qu’il y quelques mois seulement, ce mec ne connaissait rien aux trips crades !

Tout le monde a alors voulu en profiter et les ieps daubant ont alors défilé dans la gueule de notre pute. Pendant ce temps, nous faisons tourner nos skets histoire de voir lequel de nous daubait le plus des ieps. Et là, sans surprise c’est mon pote Idriss qui a remporté la compétition haut la main ! En plus d’afficher un bon 46, il transpirait toujours un max des panards et le simple fait de virer ses skets suffisait à embaumer une pièce entière en 10 secondes seulement ! D’ailleurs, Alan a eu un peu de mal à supporter l’odeur quand Idriss lui a collé sa sket fumante sur la gueule. Il a même essayé de détourner la tête pour se dégager des effluves de killer de mon pote. Lourde erreur ! Sans crier gare, Idriss lui a balancé une putain de baffe dans la gueule qui a eu pour effet de le faire tomber sur le côté, renversant ainsi les plats de gâteaux apéro qu’il avait sur le dos. Ça a évidemment rendu mon pote furax…
— Putain connard, t’as vu ce que t’as fait ?!!! Tu vas me nettoyer çà immédiatement !

Un coup de pied dans le bide a alors suivi et a fait comprendre à Alan qu’il valait mieux obéir sans attendre. Pendant que ce bâtard jouait les ramasse-miettes, nous en avons profité pour passer à table. Ben ouais, à l’origine on était quand même là pour une raclette ! Une fois le tapis nettoyé, Idriss a donc attaché la laisse d’Alan au pied de la table, de manière que chaque convive puisse en profiter à sa guise pendant le repas. Et ça n’a d’ailleurs pas tardé, sitôt les premières tranches de reblochon avalées, j’ai lancé à la cantonade :
— Dîtes donc les mecs, peut-être que notre lope a elle aussi envie d’un peu de fromage, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.