Soirée raclette – Acte 2/2

(Histoire proposée et illustrée par Teubcrade)

Tous n’ont pas immédiatement tilté mais Idriss, qui décidément connaît fort bien mon esprit pervers, a aussitôt éclaté de rire et m’a rétorqué :
— Te connaissant, je suis sûr que tu dois en avoir du bien affiné dans ta cave perso, n’est-ce pas mon pote ?
— C’est clair qu’en ce moment, ça produit pas mal… déjà 5 jours d’affinage, prêt à être dégusté…
J’ai alors choppé la laisse pour ramener la gueule de la lope au niveau de mon paquet, et sans plus attendre j’ai baissé mon futal et sorti ma queue. Quand j’ai commencé à décalotter mon gland pourrave juste sous son pif, il a eu un mouvement de recul et n’a pu s’empêcher de lâcher :
— Putain mais c’est immonde mec ! Tu ne m’avais pas dit que je devrais vous décrasser le chibre avec du fromton dessus ! Je devais juste m’occuper de vos ieps, pas de vos zobs de porcos !
Autant vous dire que ça m’a grave énervé, et qu’avant même qu’il ait fini sa phrase, un énorme mollard s’écrasait sur sa face de lope, aussitôt suivie d’une grosse mandale.
— Putain tu vas la fermer maintenant ! Quand on veut se faire larver hard, on assume… C’est pas le tout de chauffer les queutards sur Grindr mec, faut assumer après !

Afin de pallier toute tentative de rébellion, Idriss l’a alors chopé par derrière et lui a tenu fermement les mains dans le dos. Avec l’autre main, il l’a choppé par la nuque et l’a forcé à récurer ma crème de teub !
— Allez salope, maintenant fini de jouer… Tu vas récurer la tige de mon pote et lui faire reluire le gland comme jamais. Ce n’est quand même pas tous les jours qu’on a la chance de décrasser une queue aussi chargée, alors savoure bâtard !
N’osant pas s’opposer à mon pote et à son mètre 95 de muscles, Alan a commencé à s’exécuter, faisant tourner sa langue de suceuse sur mon gland couvert de from. Peu à peu, le mouvement a pris de l’assurance et quelques minutes après, ce p’tit bâtard m’aspirait littéralement le gland et se délectait de tout mon from en gémissant…

Bien sûr, les autres mecs ne restèrent pas longtemps insensibles au spectacle. Greg fut le premier à sortir sa teub sans aucune pudeur, et à imposer aux autre convives une putain d’odeur de teub, recouvrant même les effluves du reblochon resté sur la table. Faut dire aussi qu’avec le prépuce qu’il a, c’est une vraie usine à fromton ce mec ! Voyant qu’il n’attendait que la langue de la pute, je l’ai ramené d’un coup de laisse vers sa teub déjà dégoulinante de mouille. Cette fois-ci, Alan ne s’est pas fait prier et s’est précipité sur le zob de Greg pour l’engloutir direct en poussant des cris de salope en rut.
— Ouahhhh putain quelle chienne ce mec !!! Il ne va pas mettre longtemps à me faire monter le jus s’il continue comme çà !

À la vue du spectacle, nous étions tous en train de nous palucher le bitos sous la table, mélangeant ainsi nos odeurs de teub… Peut-être un peu jaloux de voir une autre salope en action, Johan se mit à genoux devant son mec et commença à lui titiller le gland du bout de la langue. Hum, je ne vous dis pas comme c’était kiffant de voir une queue de black de 23cm se décalotter peu à peu (et ouais, contrairement à beaucoup de blacks, Idriss était total uncut), laissant apparaître une mousse blanchâtre composée de mouille et de fromton bien daubant. Le tout avec en plus une putain d’odeur de sueur qui m’a toujours fait craquer chez lui ! Il n’a d’ailleurs pas mis longtemps à lever le bras pour m’offrir son aisselle touffue bien humide. Je me suis évidemment collé direct la gueule dessus afin de bien me gazer avec l’odeur de queutard de mon pote.

Sans doute attiré lui aussi par l’odeur, Alan a abandonné la queue luisante de salive de Greg pour venir se coller lui aussi au calibre d’Idriss, que son copain avait déjà commencé à décrasser… Et le beau métisse a alors eu droit à un vrai ballet de langues sur son chibre. C’était à celui des deux qui arriverait à récupérer le plus de fromton ! De temps en temps, Alan et Johan faisaient une pause et se roulaient une putain de pelle bien baveuse avec le from de teub et la mouille d’Idriss, qui se délectait lui aussi du spectacle.
— Putain les mecs, je crois qu’on va avoir droit à deux salopes au lieu d’une ce soir !

Resté en retrait jusqu’alors, David s’approcha alors de Johan et engouffra sa tige imposante dans sa bouche. Comme je l’avais pressenti tout à l’heure en matant la bosse à travers son futal, David était monté comme un taureau et avait une queue hyper épaisse. Malheureusement, ce superbe calibre était circoncis mais à ma grande surprise, ça ne l’empêchait pas de dégager malgré tout une bonne odeur de pisse. Attiré par ces effluves épicés, je n’ai pas pu m’empêcher de me foutre à genoux moi aussi et de téter cette superbe queue bien large, tandis que Johan lui bouffait littéralement ses deux grosses couilles pendantes, pensant probablement à tout le jus qu’elle contenait et qu’il rêvait de se prendre sur la face.

Une fois toutes nos teubs récurées, Idriss proposa un concours de mollards. Il fit mettre Alan à genoux devant nous, lui tira la gueule en arrière et lui ordonna d’ouvrir bien grand la bouche pour recueillir nos crachats.
— Allez les mecs, le premier qui lui envoie un bon glaviot direct dans la gueule d’ici aura le privilège de lui démonter le cul en premier !
Autant dire que cette récompense nous motiva un max et qu’en moins de cinq minutes, Alan avait la gueule littéralement recouverte de mollards, qui dégoulinaient le long de son torse. Et c’est finalement David qui remporta la compétition en lui balançant un mollard bien épais direct au fond de la gorge.

Idriss saisit alors la pute par la laisse et lui ordonna de s’allonger sur la table du salon, débarrassée à la hâte, afin qu’on puisse plus aisément le niquer à la chaîne. Il se tourna également vers son mec et lui lança :
— Vas-y Johan, bouffe-lui un peu la chatte à ce bâtard car si David le fourre à sec, il va lui éclater la teuch !
Johan ne se fit pas prier et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il était à genoux en train de bouffer le cul du minet et de bien lui baver sur la rondelle. Alan n’en demandait visiblement pas tant et cela eut pour effet de le faire gémir un max…
— Regardez-moi cette pute les mecs, comment il nous chauffe trop ! On va devoir le calmer à grands coups de queues… Allez, à toi l’honneur David !

David écarta alors Johan du trou baveux de la lope, balança un gros mollard dessus et y écrasa son gros gland écarlate. Il choppa alors fermement les chevilles d’Alan et d’un coup sec fit rentrer son gland dans sa chatte. Le résultat fut immédiat : Alan hurla et essaya de se dégager de l’énorme mandrin qui lui explosait l’anus. Mais David n’en fut que plus excité et il s’empala alors entièrement dans son cul.
— Arghhh non !!!! Pitié mec, elle est trop grosse ta queue ! Tu m’exploses le fion là !!!
Mais ses plaintes eurent l’effet inverse et David se déchaîna alors encore plus dans le trou d’Alan, lui donnant de grands coups de butoir, trop content de voir cette lope morfler à chaque coup de teub.
— Tu la kiffes ma queue, hein salope ?! Tu ne t’en étais jamais pris une aussi grosse, non ?
Soucieux d’étouffer les cris de la lope, Idriss lui colla ses 23 cm de teub au fond de la gueule, manquant plusieurs fois de le faire dégueuler tellement il l’enfonçait profond.
— Tu kiffes ça te faire troncher par tous les trous, hein sale bâtard ?!

Au bout de dix bonnes minutes d’enculage en règle, David stoppa son pilonnage, laissant une chatte béante qui semblait ne plus jamais vouloir se refermer. J’en ai donc profité pour y rentrer à mon tour mon chibre et continuer à bien le défoncer.
– Putain ce trou les mecs ! C’est un truc de fou !
Excité par les gémissements croissants de ce bâtard, je me suis mis en mode mitraillette et je lui ai pilonné la chatte pendant de longues minutes, en faisant taper mes couilles bien pleines sur son petit boule musclé… Comme j’avais sa TN juste à côté de la gueule, je n’ai pas résisté à la tentation de la virer et de me coller le pif sur sa cho7 bien humide.
— Mais c’est qu’il daube grave aussi cet enfoiré ! Et dire qu’il faisait sa mijaurée tout à l’heure devant ma teub fromageuse !
Pas rancunier pour un sou, et hyper excité par le regard qu’il me lançait pendant que je lui démontais le boule, j’ai viré la cho7 et je lui ai léché le pied, en insistant longuement sur chaque orteil.

Pendant ce temps-là, Greg et David se relayait dans sa bouche de salope, l’inondant à la fois d’insultes et de crachats. Quant à mon pote Idriss, n’y tenant plus, il était en train de fourrer son mec sur le canapé…
— Prépare-moi bien son trou, je calme un peu Johan et je viens lui péter la chatte après…
Hum putain, apparemment il ne m’avait pas menti sur les talents de passif de son mec ! Y’avait qu’à le voir s’empaler sur les 23cm de mon pote pour deviner quelle grosse chiennasse il devait être au pieu. Et côté gémissements, il n’avait rien à envier à Alan : ça couinait grave dans tout le salon ! Du coup entre Idriss et moi, c’était un peu à celui qui ferait le plus hurler sa salope !

Au bout de quelques minutes, j’ai passé ma place à Greg qui n’en pouvait plus de nous mater et qui est rentré sans ménagement dans le cul d’Alan, lui arrachant un hurlement mêlant à la fois plaisir et douleur. Faut dire que Greg, avec son côté caillera de cité, c’est le prototype même du bourrin qui ne recherche que son propre plaisir. En le matant démonter le trou du minet, j’ai repensé au premier plan odeurs qu’on s’était fait tous les deux et pendant lequel il m’avait pété le cul comme jamais jusqu’à m’en faire limite chialer !

Mais alors que je me délectais du spectacle de ce queutard en rut en train de fourrer, un cri de jouissance retentit du côté du canapé et je vis mon pote Idriss en train de convulser et de décharger frénétiquement sa sauce dans le fion de son mec.
— Putain le salaud, il m’a tellement excité qu’il m’a tiré le jus !
Visiblement content de lui, Johan affichait un sourire satisfait… et lança aussitôt à la cantonade :
— Qui vient me tasser le jus d’Idriss au fond du boule ?
Ni une, ni deux, David et moi rappliquons, découvrant une rondelle fraîchement épilée de laquelle coulait un mince filet de sperme bien gras. Ne voulant pas faire de jaloux, Johan a alors demandé à David de s’allonger sur le canapé afin de venir s’empaler sur son chibre. Une fois sa queue bien au chaud dans son cul foutreux, il m’a ensuite fait signe d’approcher et rentrer à mon tour dans son cul ! Franchement vu le calibre de David, je n’aurais jamais cru que nos deux queues pourraient rentrer ensemble mais après une bonne rasade de poppers, sa chatte s’élargit encore et ma queue rejoint sans problème la queue de mon pote. Putain, c’était trop bon de patauger ensemble dans le jus d’Idriss, que je sentais sortir du fion de Johan sous la pression de nos deux queues, et couler le long de mes couilles. Putain le pied !

Inutile de vous dire qu’avec deux salopes comme çà à dispo, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer une seule seconde ! Nous avons fourré leurs deux culs à tour de rôle pendant plus d’une heure en les faisant grave couiner à chaque coup de bite. Idriss n’a d’ailleurs pas mis longtemps à recharger ses batteries et à profiter lui aussi de la rondelle d’enfer d’Alan. C’était vraiment trop kiffant de voir sa chatte aspirer entièrement la tige de mon pote jusqu’aux couilles. Quelle salope ce mec ! Pour le final, sachant que tous les deux avaient amplement mérité leur douche de foutre, Idriss les a fait allongé à même le sol, visage contre visage, et nous nous sommes placés debout au-dessus d’eux… Hum trop bon de voir ces deux petites lopes la gueule grande ouverte prête à recevoir des litres de foutre !

Greg a été le premier à lâcher la purée : une bonne dizaine de giclées bien épaisses sont venues s’écraser direct sur la face d’Alan, puis de Johan qui se sont aussitôt roulé un méga-pelle au foutre. Le spectacle de ces deux vide-couilles en train de se gouiner dans le jus m’a fait larguer illico et ces deux petites putes ont eu droit à un véritable geyser de jus ! Je n’en finissais plus de cracher, imité d’ailleurs aussitôt par David et Idriss qui rajoutèrent chacun de longues traînées de foutre bien blanc sur la gueule et le torse de nos deux soumis.

Baignant littéralement dans le sperme, Alan et Johan se sont alors foutus en position de 69 et ont giclé quasi-simultanément dans la bouche l’un de l’autre, tout en scrutant du coin de l’œil nos réactions.
— Putain j’hallucine ! Des vrais putes à jus ! Lâcha Greg devant ce spectacle hyper excitant.
— Et pas qu’à jus ! surenchérit aussitôt Idriss, qui avait visiblement une petite idée perverse derrière la tête.

Il chopa alors la laisse d’Alan, l’arrachant à la bouche de son mec pour le tirer jusqu’à la salle de bains et l’installer dans la baignoire.
— Maintenant les mecs, va falloir qu’on marque officiellement notre territoire sur cette pute afin d’en faire notre vide-couilles attitré ! Et avant qu’il ait eu le temps de finir, nous étions tous en train d’arroser ce bâtard avec des litres de pisse bien fumante. Vous l’auriez vu en train d’ouvrir grand la bouche pour recueillir le plus de pisse possible, un truc de fou ! Une fois vidés, on l’a laissé baigner dans la pisse le temps d’aller bouffer le dessert et de boire un verre… Et quand on l’a récupéré une heure plus tard, il nous a supplié de le larver à nouveau… Ce que, vous vous en doutez, nous avons fait avec grand plaisir jusqu’au bout de la nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.