Je suis passé à l’acte – 2/3

Je n’ai pas eu le temps de finir de me poser ces questions que les deux se mirent assis dans le canapé. Et là, un des plus gros chocs de ma vie. Seb était en train de galocher et de tripoter… David, mon mec ! Bien que la bouche encombrée de ses cho7 puantes, je poussais un énorme cri d’horreur. Mon mec, dont je n’avais aucun doute sur sa fidélité, dont j’étais fier qui ne succombe pas aux avances de kiffeur40, je le vois là, devant mes yeux en train de me tromper. Les larmes coulaient sur mes joues froides, la bave devait également couler sur mon menton. Mais je n’étais pas au comble de l’horreur. David était actif, il m’a toujours dit qu’il ne se faisait jamais prendre le cul, qu’il n’était pas un réel PD de ce point de vue. Il n’aime même pas sucer. Je l’acceptais, j’aimais ça, c’était son côté « mâle » qui me plaisait en plus. Kiffeur40 n’était pas passif non plus. Que faisaient-ils ensemble ce soir ? David déteste les mecs qui font des plans skets. Il ne comprend pas l’intérêt me répétait-il souvent. Mais après de longues pelles qu’ils avaient l’air d’apprécier l’un et l’autre, je vis Seb retirer une ses AF1 pourraves, celle-là même dans laquelle j’avais le pif avant dans la ruelle et la coller sur le nez mon amour. Je ne comprenais plus. C’était un cauchemar horrible et j’allais me réveiller.

Voilà que David se met à quatre pattes devant le canapé ou était bien installé Seb, le froc baissé, David avait toujours la AF1 collée sur la gueule, forcé par Seb jusqu’au moment où je le vis la jeter au sol. Les mouvements de tête de mon mec devant le bassin de Seb trahissaient bien l’impensable : mon mec pompe la queue de ce type ! La séance de de pipe dura une éternité à mes yeux. J’avais envie d’hurler, je chialais tant que je pouvais. Même si je savais qu’au fond, cela ne servait à rien. Je ne sentais plus mes poignets tellement j’étais en rage. Dans que guet-apens m’étais-je fourré ? Je vis alors la main de kiffeur40 s’approcher du cul de David à découvert dans son jock strap (Mais depuis quand mon mec a acheté et porte un putain de jock-strap ?). Un doigt glissa alors dans son fion, il tenta de le retirer mais se pris une grande baffe par le mec qui, de toute évidence, était en train de le dominer. Inconcevable à mes yeux, pourtant, ce spectacle m’était donné en direct. Et je ne pouvais rien y faire ; je subissais l’insupportable à mon esprit.

Les larmes coulaient, je gémissais comme une truie assis dans un garage fin pourrave avec les cho7 sales d’un mec que je viens de rencontrer, ce même mec qui était en train de dominer le mien. Le spectacle était juste impensable. Après s’être pris une bonne baffe dans la gueule, Seb continua son doigtage en règle du cul de mon mec, je voyais le trou s’écarter, il était en plein en face de la caméra. Seb était en effet, tel un pacha, sur son canapé, David juste devant lui donc cul offert à la caméra et donc à moi. Seb fixait très souvent l’objectif comme pour m’humilier encore davantage. N’était-ce pas assez encore ?

Heureusement, je ne pouvais rien entendre, je n’avais que l’image et c’était déjà pas mal. Il l’a ensuite retourné et j’ai vu David qui se mettait à quatre pattes sur le canapé. J’étais presque horrifié, j’essayais de détacher mes liens.

Enfin, quand-bien même j’arriverai à me détacher, je ne sais même pas quel étage ou quel appart il possède. Donc je me concentrai sur l’image et puis je vis Seb sortir un tube de gel, s’en foutre plein la queue, et plein le cul de mon mec. Il allait le baiser, là, sous mes yeux sans que je puisse agir. Il fixait la caméra tandis que David avait la tronche plantée dans les oreillers droits du canapé. Il voulait très sûrement retenir ses cris, voire ses larmes.

Adossé derrière mon mec, il lui murmure quelque chose à l’oreille. Et puis Seb s’est enfoncé peu à peu. Lentement pour commencer. Mais très vite, il est bien planté dans le fondement de David. Il tient la position quelques secondes avant de commencer un pilonnage intensif de sa grosse queue épaisse, c’est violent à l’image. David avait la gueule plantée dans les oreillers mais il semblait ne pas détester cela. Je pense même qu’il y prenait du plaisir. Je n’y aurais jamais pensé. Passé la stupéfaction et en plein sentiment de rage, je me dis alors : mais la capote ?? A aucun moment je n’ai vu Kiffeur40 mettre une capote sur sa grosse queue épaisse, juste du lubrifiant. J’ai peine à croire que le bareback était entendu entre eux mais force est de constater que le mec avec qui je partage ma vie se prendre une queue dans le cul sans capote !

Après dix minutes (étant planté dans l’écran d’un ordinateur, je peux voir le temps qui passe lentement), Seb retourna David pour lui coller une faciale à travers la gueule. Jamais mon mec aurait dit oui à cela avec moi. Et pourtant, il était là, langue tirée, deux ou trois doigts dans son cul à attendre le foutre bien épais de Seb. Il lui cracha à la gueule un sperme bien dense et abondant pendant que David se branlait, l’autre main dans son fion. Le spectacle était rageant mais aussi terriblement excitant. Je ne savais plus si je devais chialer ou juter. Une chose est sûre, je moullais grave dans mon boxer.

La jouissance ayant eu lieu, je vis Seb se rhabiller, je pense qu’il a demandé à David d’en faire de même. Le pauvre, il n’avait même pas juté… Je suis vraiment tombé sur un pervers. Qu’allait-il prévoir après cet épisode des plus humiliant ? J’allais bientôt le savoir. David pris congé après avoir serré la main de Seb qui passa vers la caméra en me faisant un clin d’œil.

Deux minutes plus tard, j’entendis du bruit approchant. Puis une serrure dans le garage. Le plan était redevenu fixe dans l’appartement ; plus rien ne bougeait. Il restait encore un boxer sur le côté du canapé et des traces de sueur sur ce dernier. La sueur du cul de mon mec qui venait de se prendre la queue de mon tortionnaire.

Seb entra à nouveau, il s’est largement foutu de ma gueule, j’avais de la morve et des larmes qui coulaient sur mon visage après le spectacle qu’il venait de m’offrir. Je ne pouvais toujours pas parler, il n’a pas parlé non plus. Il est arrivé, s’est positionné devant moi et m’a tendu ses doigts à sniffer.

– Sens moi un peu ça. Ton mec est une vraie chienne. Mais pour pouvoir s’en servir, il faut être un vrai mec, pas une sous-merde comme tu es Karim.

Ses doigts sentaient le cul, le cul de mon homme, l’odeur était dégueulasse. A tel point que j’ai dû tourner la tête brusquement pour me retirer. Quelle erreur ! Une volée de deux énormes claques dans la gueule m’assourdissait aussitôt accompagnées de ces mots :
– Ce n’est quand même pas de ma faute si ton mec est un gros porc au cul merdeux, d’ailleurs, je vais te montrer l’état de ma queue.

Kiffeur40 déballa alors sa queue à 5 centimètres de ma face. De toute évidente, il n’avait pas du tout pris soin de la nettoyer. Les traces brunâtres témoignaient d’une sodomie bien violente. Il la remballa dans son survêt en me disant qu’on verrait plus tard comment on allait nettoyer les dégâts causés par mon mec. Il se mit assis sur une chaise face à moi et planta son regard déterminé dans le mien sanglotant et me dit :
– Tu veux savoir ce que j’ai murmuré à ton PD de mec avant de lui péter la rondelle ? Je lui ai dit que s’il ne me laissait pas le baiser, je t’informerai aussitôt de sa venue chez moi, preuve à l’appui. Ton mec pensait venir se faire sucer sans que tu n’en saches rien. Il s’est amusé à se refuser à moi des semaines durant, il en a payé le prix fort. Et cette grosse salope a fini par couiner comme une connasse pour venir se prendre mon jus royal au fond de sa gorge et…

C’est alors qu’une sonnerie de SMS retentit de la poche de mon survêt. Il s’empara aussitôt de mon iPhone et me dit :
– Ta grosse salope de mec a quitté mon canapé il n’y a même pas dix minutes, il a encore le gout de mon sperme dans la gueule qu’il t’envoie un petit message pour te dire qu’il a passé la soirée devant sa console de jeux mais qu’il est déjà au lit car il très fatigué. Beaux mensonges dans votre couple si droit et fidèle dont vous me parliez sans cesse bande de petits merdeux ! Veux-tu que je lui réponde ?

Malgré les deux cho7 puantes qui m’en empêchaient, je tentais de crier, de me révolter. Au point de tomber sur le flanc, toujours solidement accroché à ma chaise. Je l’entendis alors prendre une photo de moi avec mon téléphone et me dire en ricanant :
– Je peux peut-être le rassurer en lui disant que tu dors bien, toi aussi. C’est ce qui arrivera si j’entends une seule fois le son de ta voix ou si tu te rebelles, sommes-nous d’accord ? Il sera ravi de savoir que tu n’es pas en réunion à Strasbourg pauvre fils de chien. Je vais maintenant retirer mes cho7 de ta gueule de pute, t’a pas intérêt à broncher, t’es prévenu, j’ai ton iPhone dans ma poche avec la clef qui te tient enfermé dans ce garage.

Il accompagna cet avertissement d’un grand coup de pied dans mes couilles avec ses AF1. Je l’ai bien senti passer et je compris alors que je n’avais pas du tout intérêt à me rebiffer. Il me détacha de la chaise sur laquelle jetais attaché maintenant depuis plus d’une heure. Mes poignets étaient bleus, je ne les sentais plus. J’eus le droit de répondre à David pour lui souhaiter bonne nuit et lui dire que je l’aime. J’ai ensuite reçu ordre de cet être maléfique de me mettre à genoux et d’ouvrir ma bouche le plus grand possible pour entendre :
– Tu dois avoir la bouche bien sèche avec mes cho7 puantes dans la gueule depuis un moment. Je suis gentil, je vais m’occuper de toi tu vois. Mais attention, une goutte sur le sol de mon garage et tu vas regretter d’être né gros tas de graisse répugnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.