De jeunes chaussettes puantes… Acte 2/3

Il est 9 heures, et je suis devant ce qui semble être la maison d’Estéban. Sacrée baraque, je ne sais pas ce que font ses parents, mais une chose est sûre, ils ne triment pas dans un grand magasin. Ou alors ils possèdent la marque. Je voyageais léger : un petit sac avec des rechanges, des affaires de sport (commandées par Estéban), une brosse à dent et évidemment le cadeau pour mon bel Estéban. Enfin, je l’imagine beau. Estéban n’a pas daigné me montrer son visage avant notre rencontre. J’ai eu droit à ses chaussettes, en long, en large et en travers, ses panards, ses ongles d’orteil (je trouvais ça tellement excitant… Plusieurs mecs m’ont déjà fait bouffer les leurs…), sa queue qui a l’air assez énorme. Rien de plus. Mais je savais, dans sa façon d’écrire, de prendre des photos et de me parler que c’était un mec kiffant. Et quelqu’un de beau. Estéban sorti de la maison, l’allure sportive, des Air Force One aux pieds, les fameuses, un pantalon de jogging Abercrombie gris et un sweat à capuche Adidas Original noir. Ses cheveux étaient noirs, épais et parfaitement coiffés. Il avait le regard noir, sévère, des lèvres pulpeuses, à tomber, un nez fin. Il était aussi un peu angoissant, Il ne me sourit pas en s’approchant de moi. Il me salue, me tend la main, je lui serre. Il me fait bien comprendre avec sa poignée forte et sincère qu’il est supérieur. Il me dit d’entrer, que rien ne se passerait là de suite au milieu de la rue. J’entrai donc dans la maison, maison cossue, très bien décorée, avec beaucoup de goût. Les parents d’Estéban n’ont pas réussi que leur fils.

Estéban n’avait pas été surpris, il avait vu plusieurs photos de son esclave parisien mais il ne s’attendait néanmoins pas à ce qu’il soit si grand. Mais il en fera son affaire, assurément. Il le fit entrer dans la villa, lui ordonna sur un ton sec mais pas désagréable, de poser ses affaires sur la table de la salle à manger, de quitter son costume et de se mettre totalement à poil et enfin de le rejoindre au salon. Estéban se pose sur le canapé, ses AF1 dépassent du canapé. Pendant les vacances, en matinée, le mâle puant aimait se mater des séries sur Netflix, il avait attaqué deux jours auparavant « La Casa de Papel » qu’il allait poursuivre ce matin accompagnée d’une chienne lécheuse. Il s’installa confortablement au fond du canapé, le parisien bien foutu approchait et s’assis devant lui. « Le matin, je mate des séries, et là j’en ai une à mater. Tu es là, à mes pieds, tu commences par nettoyer avec ta langue mes AF1 je veux que ta langue soit noire de crasse, compris? On verra si tu auras droit à plus ensuite. » Estéban lança Netflix et sa série.

J’étais humilié dès mon arrivée. À poil direct, puis assis devant Estéban. Putain, qu’il est beau. Ses AF1 en pointure 41 me paraissent immenses. Je m’exécute. Ses AF1 ne sont pas très nettes, mais ne sont pas trop sales non plus. Les minutes passent, les dizaines de minutes passent et ma langue persiste bien à lécher les AF1 de ce beau mâle. Une demie heure a dû passer et Estéban se décide à retirer, langoureusement, je dois dire, ses skets. Plusieurs sens s’éveillent alors en moi : ma vue peut apercevoir en vrai les chaussettes noircies qui m’ont déjà fait cracher pas mal de jus sur Insta. Les jeunes chaussettes puantes font de mon odorat le plus comblé de la Terre. En effet, je respire, sniff, m’époumone à renifler ses chaussettes atrocement sales de transpiration de pieds. Je m’attendais vraiment à ce que ça pue, et je ne suis pas déçu. « Tu peux sniffer un peu mais après, je veux sentir ta langue. Je veux que mes chaussettes soient gluantes quand j’aurais terminé ma série. » Je devais donc satisfaire le mâle et j’y prenais un plaisir incommensurable. Je pense que lui aussi. Enfin j’imagine. J’ai pris plusieurs grandes inspirations dans ses chaussettes. Et j’y ai mis la langue. J’ai léché. Et léché encore. J’ai tellement adoré faire ça. Même si ma mâchoire subissait tant bien que mal ses panards 41. Je ne pensais pas que j’allais me taper plusieurs épisodes. Estéban s’est enfilé deux épisodes de sa série. Au bout d’une heure et demie, ses chaussettes étaient aussi gluantes qu’il le voulait. Il les retira, toujours aussi langoureusement. Je pus donc voir cette fois-ci ses panards. Ses putains de panards puants et j’allais me faire un plaisir. La plante était un peu noircie par le port des chaussettes et sûrement aussi ma bave.

Le deuxième épisode en était à la moitié et Estéban kiffait. Ce qu’il aimait le plus, c’était l’étape chaussettes. Il aimait que sa salope lui englue ses chaussettes noircies. Il aimait les voir bien baveuses, bien gluantes. Il savait que la pute parisienne aimait les ongles, il ne les a pas coupés depuis trois semaines, cela devrait lui donner un peu de travail. « Lèche tout et quand je te ferai signe, tu iras sur le bar de la cuisine, j’ai mis des accessoires à ta disposition pour la suite » lança-t-il. Il continua à se faire décrasser les pieds, cette fois-ci de manière plus brute, à même la peau. Le parisien savait y faire et Estéban prenait un réel plaisir. Puis à 11h, l’heure de la pédicure battait son plein. Le jeune mâle guida la chienne vers le bar récupérer un coupe-ongles et une coupelle. « Je pense que tu as compris ton rôle. Tu me fais ça bien. Je ne veux sentir aucune douleur. Tout ce que tu enlèves doit finir dans la coupelle. Absolument tout ! ». Ce qu’il fit très simplement, il devait en voir l’habitude, pensait Estéban. Dans la coupelle trônaient de bons gros morceaux d’ongles parfois bien noires. Il avait fait du bon boulot. L’épisode allait se terminer, Estéban lui permis d’aller lui lécher encore les panards, maintenant retirés des odeurs et des ongles aussi. L’odeur de bave persistait néanmoins. Estéban lui dit de mettre la coupelle pleine sur la table de la salle à manger, puis il se leva, Estéban demanda au parisien de s’assoir à table, il s’assis alors en face de lui. « Tu as faim ? Alors vas-y, je te regarde, droit dans les yeux. Et je te regarde avaler mes ongles tout pourris. Tu avales tout ! ». Il s’exécutai en prenant de bonnes pincées d’ongles bien crades. Estéban pensait à ce moment-là qu’il allait bien s’amuser avec lui.

« Tu te rhabilles, tu mets tes affaires de sport, si tu les as bien pris, on va aller faire quelques courses. » me dit Estéban. Je pris mes affaires dans le sac, j’enfilai de vieilles TN aux pieds, lui remis ses chaussettes gluantes et humides, puis ses AF1. Nous prenons la route du supermarché, j’ai évidemment pris mon portefeuille, j’avais voulu jouer au con avec l’aspect financier, je savais qu’il me ferait payer les courses. Nous avons pas mal discuté pendant la route. Estéban était un jeune homme cultivé et intéressant. Il était largement au courant de ce qui se passait en matière judiciaire en France, nous avons parlé de décisions anticonstitutionnelles du gouvernement, de la réforme du système judiciaire à venir. Vraiment, je le trouvais intéressant ce mec. Arrivés au supermarché, il m’a fait porter tous ses achats. Lui ne portait rien. Il prenait dans le rayon et me faisait tout porter. Une dizaine d’article parmi lesquels des chips, des pâtes, une laisse/collier pour chien. Il alla au rayon boucherie pour demander deux tournedos et au rayon épicerie fine pour commander des truffes blanches à 700 balles le kilo. Il en demanda 100g et me dit : « Ça, c’est pour te faire chier ! ». Tu m’étonnes… 70€ pour ses truffes, je m’en sors pour un peu moins de 150 balles au total, le même prix que pour sa montre. Arrivés juste devant le supermarché, un banc de jeunes pouffiasses gloussait, elles n’avaient sans doute rien d’autre à foutre. Je portais les deux sacs bien pleins tandis que mon Estéban marchait les poings dans les poches. Arrivé à quelques mètres du banc, je me cassai littéralement la gueule à plat ventre devant les morues. C’était Estéban qui m’avait fait un croche-pied pour me foutre bien la honte.

Estéban jubilait. Il rigolait comme un fou en voyant la honte de son parisien. Il ne l’aidait évidemment pas à se relever, le laissant dans sa merde avec des jeunes de son lycée en train de se tordre de rire en matant cette chienne à plat ventre sur le sol. C’était aussi pour cela qu’Estéban se sentait supérieur aux autres. Il était capable de ce genre d’humiliations idiotes totalement dégradants. Le pauvre parisien le regardait avec un air si triste après l’événement qu’Estéban le rassura en lui disant : « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas ta dernière humiliation de la journée. Et tu vas tout de suite m’effacer cet air triste de ta gueule de bite, sinon je te préviens que tu auras d’autres raisons de l’être après que j’ai ruiné totalement ta vie et ta carrière. »

Estéban était sérieux. Il en était capable. Son parisien engagea à nouveau la conversation, ils parlèrent alors avant de rentrer pour prendre un repas bien consistant avant l’entrainement de foot. Estéban avait plusieurs potes de lycée avec qui il aimait s’entraîner. Il profite surtout des vacances et du temps qu’il lui reste avant de rentrer en fac de Médecine. Ils allaient au Stade de l’Ill, le père d’un de ses potes le gérait et ils pouvaient être bien tranquille. Ils sont au maximum huit mecs. Ses potes connaissent la sexualité d’Estéban, ce qui n’avait absolument rien changé à leur relation. Les mentalités changent, et surtout Estéban n’est pas du genre à se laisser faire. C’est un mâle supérieur, hétéro ou non, ça ne changeait absolument rien.

Putain, j’ai été grave humilié. J’ai retenu ma colère, car je sais que je perdrais davantage à m’énerver qu’à garder mon calme. Mais c’était vraiment dégradant. De retour à la maison, Estéban m’a demandé de préparer à manger : tournedos et farfalles. J’ai dû d’abord me remettre à poil. « Ce midi, tu as le droit de manger comme moi. Donc profites-en bien petite chienne ! » me dit LE mâle tout en me mettant le collier pour chien que je mettais offert contre mon gré. Il me demanda de le suivre aux chiottes, j’avais un peu peur, je ne savais pas ce qu’il avait dans la tête, et je n’ai jamais pratiqué la scato, mais je ne l’ai pas mis dans mes limites. Il m’a demandé d’approcher, il avait pris les truffes achetées plus tôt au prix fort, il ouvrit le sachet et versa tout le contenu dans les chiottes avant de tirer la chasse. « Je déteste les champignons. Je t’avais dit que c’était pour te faire chier ! » me dit-il en souriant d’un air mesquin tout en me donnant une tape sur le dessus de la tête comme pour me dire « Brave toutou ». Là encore, j’étais humilié. Pas sûr que je m’habitue à ce type de comportement totalement pervers. Mais j’étais abasourdi. Ce mec est un réel sadique, un macho incroyable. Je le regardai avec mon air pitoyablement con, il devait jubiler intérieurement, à vrai dire, je pense même que cela l’excitait. Je retournai à la cuisine m’atteler à la préparation du repas, je préparai les pâtes, la viande, pendant que lui était sur son smartphone, avachi dans ce qui paraissais être un canapé plus que confortable, mais dont j’avais le sentiment que jamais je n’allais pouvoir en profiter. Je mis la table en trouvant par moi-même tout ce qu’il fallait dans la maison de ses parents pour notre repas. Je mis deux assiettes l’une en face de l’autre, je ne savais pas ce qu’il attendait de moi.

Estéban se saisit du couteau et de la fourchette, le parisien était en face de lui et il perçu son air perplexe, il ne savait pas ce qu’il avait le droit de faire ou non et Estéban adorait cela ! Il coupa en morceaux raisonnables la tendre viande de bœuf qu’il avait fait acheter un peu plus tôt. Une fois l’assiette complète découpée en morceaux humainement avalables, Estéban la renversa à terre, sous la table. Il écrasa avec ses grosses skets la totalité des pâtes, du tournedos coupé et dit « Ton repas est servi ! Bon appétit ». La chienne descendit alors d’un étage afin de déguster son repas. Il avala tout ce qui se trouvait à terre, il y avait une belle quantité de pâtes et de viande, mais il ne semblait pas si dégoûté qu’il le pensait. Il léchait le sol et ses AF1. Le repas devait être assez vite avalé, le départ était prévu à 13h30 pour arriver à 14h au stade. La petite chienne a bien léché, avalé toute la merde qui se trouvait sous les chaussures du maitre. Ce dernier avait beaucoup aimé ce repas, simple mais tellement meilleur que ce qu’il a pu manger ces derniers jours étant tout seul à la maison. « Bien, je vois que tu as tout bien fini, tu as mérité une récompense, tiens tu bois ça : un bon litre de pisse d’avant-hier ».

Je savais que j’allais devoir passer par cela. Estéban me tendit une bouteille de Vittel remplie à ras-bord de sa pisse. Elle n’était pas hyper foncée, et je dois avouer qu’après une matinée à lécher et un repas copieusement avalé sous les skets du mâle, j’avais hyper soif. Je bus cette pisse conservée jusqu’à la dernière goutte. Un bon litre. Je ne savais pas que j’allais avoir pour la suite de la journée. Vu ce qu’il me dit, pas sur que je bouffe encore beaucoup. On verra. Une fois rhabillé et le collier camouflé, on prit la route mais avant, Estéban me demanda de faire un truc super étrange. Avant d’enfiler mes chaussures, il saupoudra l’intérieur de celles-ci de fromage râpé, je les ai ensuite enfilés, comme si de rien n’était. Je ne suis pas totalement con, j’ai bien compris ce que le cerveau de cet éphèbe pensait. Quel porc. Mais j’aime son côté pervers à souhait. Il prit son sac de sport, ses crampons et me dit de le suivre. On prit le tram de Strasbourg sous un soleil de plomb. Arrivés au Stade, Estéban m’a dit de rester sur le banc, qu’ils s’entrainaient un peu en se faisant des passes avec ses potes puis en faisaient un match d’une heure (en deux fois trente minutes) et que je devais l’observer lui et seulement lui. Je m’assis donc sur le banc à mater les 7 mecs du jour en train de se défoncer et courir après un ballon. Je dois avouer que le spectacle était excitant à souhait. Ces mecs transpiraient, mollardaient, se rentraient dedans, c’était un show magistralement fantasmagorique. Personne ne considérait ma présence. Sur le terrain, Estéban irradiait, je pouvais enfin voir ses jambes glabres et ses bras. Il était bien foutu, sans trop en faire. Naturellement gâté par la nature. Le genre de mec à vous filer des complexes. Il vint me voir à la mi-temps pour me cracher ses poumons sur la gueule. Il m’ordonna de ne surtout pas m’essuyer avec les mains. Si je voulais retirer ce qui tombe à côté, c’est avec la langue. Je kiffe ce mec bordel ! Il sait réellement ce qu’est l’humiliation, ce que les sous-hommes de mon espèce aiment. Il retourne alors sur le terrain retrouver ses potes. Il ne m’adresse finalement que peu de mots mais je sais que je l’ai encore pour moi juste après l’entraînement.

Estéban transpirait un maximum. Il faisait chaud durant ce mois d’août. Il savait que cette transpiration ferait le bonheur d’un certain parisien. À la fin de l’entrainement, tout le monde passa au vestiaire. Estéban invita son esclave à le suivre, ses potes ne lui feraient rien, mais il lui donnait le droit de voir ses six potes à poil. Après ce qu’il allait devoir faire après, ce serait en effet une maigre récompense. Les potes d’Estéban rejoignirent le vestiaire suivis du mâle puant et de sa larve. « Les mecs, je vous propose un truc, j’ai un esclave à disposition pour le week-end et je sais que ça vous fait chier de nettoyer vos crampons. Donc laissez tout ça là, il les nettoiera tout à l’heure » cria Estéban sous les rires de ses potes. Son parisien le regardait avec un air vicieux, il comprenait enfin la perversité de ce strasbourgeois. Les deux compères rejoignirent le vestiaire attenant à la salle de douche. Estéban ne prit pas de douche, il discutait avec ses potes qui avaient bien compris la manigance qui attendait le parisien : ses potes pensaient qu’Estéban le baiserait bien crûment dans les douches après que tous seraient partis. Ils ne se doutaient pas des penchants crades de leur pote. Une fois douchés, les six amis partirent et laissèrent la clé à Estéban, c’est lui qui viendra en premier lundi pour le prochain entraînement. Estéban pris les 6 paires de chaussures à crampon qu’il alignait consciencieusement à l’envers sur le banc gauche. « Tu as une langue et douze chaussures toutes plus crades les unes que les autres. Il y a de l’herbe, je sais. Il y a de la terre, je sais. Il y a même peut-être de la merde, je sais. Il y douze chaussures, ça fait beaucoup je sais. Mais tu es venu de Paris, tu es venu pour moi et pour être humilié. Alors exécutes-toi ! »

Je ne pourrai jamais faire cela. Si Estéban me demandait de nettoyer les siennes à la langue, j’aurais du mal, alors 7 paires au total. Néanmoins, il avait raison sur un point : j’étais ici pour être humilié. Cruellement. Alors je m’approchai de la première paire de chaussures que je léchais goulûment, je pris en bouche tous les restes de terre et d’herbe. C’était gerbant mais je tenais le coup. Estéban me récompensait de mollards bien lointains pour me donner du courage. Une paire. Deux paires. Trois paires. A la quatrième paire, je lui demandais une pause. Je n’en pouvais plus et j’avais un peu peur pour ma santé. Il me l’accorda et me permis de me délecter des ses aisselles poilues et surtout puantes à souhait. Il prit mon visage dans ses deux mains et je me laissais guider. Aisselle droite. Aisselle gauche. C’était excellent, même si je savais que j’allais devoir y retourner bientôt. Il lâcha mon visage après m’avoir raclé un immense mollard au fond de la gorge. Quatrième paire. Cinquième paire. Et sixième paire. Je suis arrivé au bout de ces satanées paires. « Bien ! Je ne croyais pas que tu y arriverais ! Tiens voilà une récompense ! » et il me montrait ses propres chaussures crottées. Il me vit faire la mou, la gueule noire de terre, les yeux sûrement un peu emplis de larmes. Il enchaina : « Je vais t’aider à faire descendre tout ça ». Il ouvrit son short et je découvris sa bonne grosse queue, je posai mes lèvres sur son gland pour ne pas en perdre une miette. Il me lâcha une bonne pisse chaude en bouche avant que je ne me remette à décrasser ses chaussures. J’en ai chié mais je l’ai fait. J’ai décrassé 7 paires de chaussures à crampons des mâles que j’avais vu se défoncer au foot tout l’aprèm. Pas besoin de goûter pour moi, je suis repu.

« Il l’a fait ce bâtard » pensait secrètement Estéban. Ce dernier ne pensait pas que cela lui prendrait si longtemps, il avait encore pas mal de choses de prévues pour la soirée de ce grand bâtard. Le retour se fit en tram, Estéban s’était assis sur un des sièges du fond du véhicule, laissant son esclave du week-end debout. Il se déchaussa, laissant l’odeur putride s’échapper de ses AF1 et envahir tout l’espace. Il eut une idée. Il y avait peu de monde sur cette ligne le samedi en fin d’après-midi, Estéban demanda à son parisien de lécher une des barres de métro, en y mettant bien la langue. Il serait récompensé par un grand verre de jus de pomme à son arrivée. Avec dégoût et surprise, le parisien prit son courage à deux mains et s’approcha timidement de la barre, le plus discrètement possible, il sorti timidement la langue et lécha une dizaine de centimètres de la barre sous les yeux médusés des usagers et le regard satisfait d’Estéban. Cela ne suffisait étonnement pas à ce dernier, qui voulait vingt centimètres au moins. Avec du défi dans le regard, la salope s’exécuta et lapa une bonne trentaine de centimètres de la barre centrale du tram 1 de Strasbourg. Le retour à la maison fut calme et récompensé par un grand verre de jus de pomme bien frais. Du jus de pomme maison suivant la même recette que pour le gâteau à la banane : 50% de jus de pomme, 50% de mollards. Le mélange était évidemment mousseux, bullant et dégoûtant à voir. L’odeur de la pomme était néanmoins persistante et la lope avala goulûment le demi litre imposé par Estéban. Vint ensuite l’heure du repas. Ce soir, il y allait avoir deux repas différents, un pour le maître et un pour l’esclave. C’est Estéban qui commença la cuisine, afin que lui bénéficie du repas le plus chaud. Il n’avait pas encore demandé à son esclave de se déshabiller à son étonnement d’ailleurs, il fila dans la cuisine, ramena une grande assiette et demanda alors à son parisien d’ôter ses chaussures, sans en perdre une miette. De fromage. Il retira son premier pied sans en mettre trop partout, il décolla lentement mais sûrement tout le fromage imprégné sur sa pointure 45 gauche, secoua agilement sa même chaussure pour en faire tomber tout le fromage, il en gratta le fond pour tout récupérer. C’était gluant, passé de couleur et peu ragoûtant. Il fit de même avec la chaussure droite.

Je portais ces chaussures depuis le début d’après-midi, et non pas que cela m’eût gêné, je sentais la présence de ce corps inconnu à l’intérieur. J’avais donc hâte de tout liquider, ce que j’ai pu faire dans l’assiette apportée par Estéban. Ce dernier était très calme ce soir, serein. Il faut dire que je me suis dépassé, je n’aurais jamais pensé devoir subir de telles humiliations. Estéban m’indiqua qu’il préparait mon repas ce soir et que j’aurais bien évidemment à préparer le sien juste après. Cela ne présageait rien de bon, il m’accordait, outre cela, un bain, m’indiquant la salle de bain et les toilettes pour m’y faire un lavement. Il comptait donc peut-être me baiser le cul, j’en rêve à vrai dire ! Je me fis un lavement des plus complets, me vidant aussi de ma journée et je pris un bain salvateur. C’était tiède vu la chaleur ambiante durant cet été caniculaire. Je sortis du bain tout pimpant, j’avais uniquement enfilé un jockstrap, afin de plaire un peu à Estéban. Je crois que cela devrait lui plaire. Je n’en sais rien en fait. Il est assez impassible, et je ne sais trop quels sentiments il ressent. Mon objectif : passer un moment de folie et me dépasser. Le deuxième objectif était déjà atteint, et je crois que le repas de ce soir allait être mémorable.

Histoire gentiment illustrée par le légendaire YoungSmellySocks

De jeunes chaussettes puantes… Acte 1/3

Paris, 18ème arrondissement. J’arrive comme convenu rue Blémont, je suis vêtu d’un costume qui ne m’a pas quitté de la journée. À la sortie du métro, je croise les cas sociaux habituels parisiens, et ils sont nombreux. Ça pue la pisse, ça sent la mort comme presque partout dans cette magnifique capitale française. Le mec avec qui j’avais rencard m’avait prévenu, il mettrait sûrement plus de temps à venir, il sortait du taf, tout transpirant m’avait-il promis et ne pouvait me garantir une heure précise. Il était 22h, l’air de Paris était chaud, même parfois étouffant par cet été caniculaire. Je n’étais pas encore en vacances, il me restait encore deux jours à tenir. Au tribunal, les journées sont longues et l’air peu respirable. Je suis juge à la Cour d’Appel, j’y passe un temps incalculable chaque semaine. Mais ce soir, après être rentré d’une journée harassante à voir défiler toute la journée des cas plus désespérants les uns que les autres, j’avais envie de me faire dominer. J’aime être soumis, c’est sûrement dû au fait que, toute la journée, je prends des décisions. C’est un métier magnifique mais j’adorais l’idée, d’un total relâchement, d’un dévouement qui me fait sentir larve. Obéir sans réfléchir, sexuellement, j’adorais ça.

Estéban vit dans l’Est de la France, il vient tout juste de fêter sa réussite au baccalauréat. Une mention Très Bien au Bac S avec un peu plus de 17,3 de moyenne générale. Estéban est une tête et son avenir était déjà presque tracé : une carrière dans la médecine, il intégrait la fac de Médecine de Strasbourg à la rentrée. Il savait qu’il allait bucher pendant au moins 7 ans, comme un dingue. Même si jusque-là, il n’a pas bossé comme un fou pour obtenir son bac haut la main, il savait qu’il allait devoir suer sur ses cours d’anatomie. Mais à côté de cela, il avait aussi vraiment hâte de connaitre la vie étudiante et quitter enfin le domicile familial. 18 ans chez ses parents, ça commençait à devenir long. Au-delà, c’est trop, alors Estéban avait déjà trouvé un appartement à Strasbourg : un 30m² pas trop loin de la fac. Estéban pourra enfin vivre comme il l’entend, et puer comme bon lui semble. Car Estéban, malgré son jeune âge était un expert en puanteur des pieds. Il kiffait ses odeurs de panards bien rances, de chaussettes maculées de sperme et de transpiration. Il pense que cette « passion » lui vient du fait que ses parents vivent dans un environnement totalement sain, faisant de la propreté un maître mot au quotidien. Il avait découvert très tôt, vers 12 ans, que ses pieds puaient. Que le fait de garder ses chaussettes deux jours, sept jours, quinze jours augmentait ces si bonnes odeurs. Quand il choppait sa queue pour se branler, l’odeur de ses chaussettes l’aidaient à faire monter sa bonne sauce qu’il essuyait ensuite dans celles-ci. Qu’il portait à nouveau le lendemain.

Je m’impatiente. Tourne autour d’une statue pas loin du point de rendez-vous. Soudain j’entends hurler à une dizaine de mètres. C’est un groupe de jeunes cailleras en scooter qui zonent autour de la sortie de métro, avec le dress-code habituel : claquettes ou TN aux pieds, jogging Lacoste dans les chaussette de sport. Paris est si triste parfois. Ça hurle, ça semble se battre. Je regarde du coin de l’œil, je fais semblant de ne rien voir tant je trouve cela pitoyable. Une jeune femme passant à mes côtés semble aussi surprise et désemparée que moi. Elle s’arrête et regarde ce jeune mec en claquettes/chaussettes se faire insulter puis ensuite violenter. Ils sont deux à lui en vouloir. Le plus grand commence à lui mettre un coup de poing monumental dans le ventre si bien que le lascar se plie en deux. Puis ils s’acharnèrent sur lui, lui infligeant coups de pieds et de poings. Un dernier coup de poing dans le nez fit jaillir le sang qui alla se coller sur le trottoir. Le jeune homme s’effondra. Sous le regard aussi bien médusé qu’inactif de plusieurs passants, je ne savais que faire. Intervenir ? Je leur criais d’arrêter, mon sang n’avait fait qu’un tour. La jeune femme à mes côtés avait filé, voyant le vent tourner. Ils comprirent très vite que cela venait de moi. Ils me fixèrent et me dirent de dégager. L’un deux tenta de s’approcher de moi. Je pris alors mes jambes à mon cou pour courir au plus vite me réfugier dans un bus pour rentrer chez moi. Il me prit en chasse et je détallai comme un malade. Courir, j’en avais l’habitude, trois fois par semaine au parc des Buttes-Chaumont, j’allais me faire transpirer. C’était vivifiant et cela me permettait de bien tâcher mes chaussettes et mon débardeur que je sniffais ensuite comme un malade. Au bout d’un certain moment, je ne vis plus personne derrière moi. Il avait sûrement abandonné l’autre bouffon. Putain! j’avais niqué mes chaussures de ville à cause de ce con. Je reprenais tranquille mon souffle quand j’entendis « Bah alors sale PD, tu peux pas courir plus ? ». Un des types m’avait retrouvé, et je ne le voyais pas aussi grand que cela. « té ki toa, pk tu m’done des ordres wesh ? c’qui se passe là c mon problème ok, pas le tiens, Si j’veux marave un mec, c’est comme ça, il l’a mérité. Alors ta gueule, tu me regarde et tu dis pardon ! » J’étais médusé et j’avais remarqué un couteau coincé dans l’élastique de son jogging. J’ai repris ma respiration, j’ai ravalé ma fierté et j’ai baragouiné un truc comme « Excuse-moi. Je n’avais rien à te dire ». Il se mit à rire comme un tordu en criant de me mettre à genoux. Je me suis exécuté. Je le détaillais du regard, il était grand, costaud, sale. Il baissa son pantalon, sorti une grosse queue turgescente et veineuse, son prépuce cachait bien son gland que je devinais énorme. Il la tint dans sa main et continua de rire. Il me fixait du regard et je n’ai pu m’empêcher de baisser le mien. Des flots de pisse jaune et puante tombèrent très vite sur mon Azzaro rutilant, me souillant, m’humiliant à souhait. Sa pisse puait la mort, il m’arrosa évidemment les cheveux, le visage, je fermai bien intentionnellement la bouche afin de ne pas avoir à avaler son infâme pisse. Une fois fini, il secoua sa grosse queue devant mon visage, afin de retirer les dernières gouttes, il remonta à nouveau son jogging. « Si j’te r’vois sale pute, j’t’étripe, compris ? ». Je ne pu répondre. Tellement choqué par la scène. « Compris ? » me dit-il à nouveau alors qu’il me tirait par les cheveux en arrière. Un « Oui » timide sortit de ma bouche. Un raclement profond et gras de sa gorge retentit, et un mollard gluant tomba au-dessus de mes lèvres. Je n’ai pu réprimer un sanglot. Je chialais putain. Je chialais dans la rue, recouvert de pisse et d’un mollard énorme. Plus jamais je ne viens ici.

La journée avait été bien longue pour Estéban. Il préparait néanmoins son post de ce soir, il tenait depuis quelques mois un compte Insta avec pour thèmes sa crasse, sa puanteur, ses panards et surtout ses jeunes chaussettes puantes. Il aimait faire des photos bien poisseuses, bien suintantes et parfois bien gluantes de ses chaussettes blanches. Il se mettait en scène mais bien évidemment il ne montrait jamais son visage ou quelconque signe reconnaissable. Il était sur Insta pour partager sa passion du crade, il ne voulait surtout pas que ses potes du foot tombent là-dessus. C’était un peu son jardin secret. Estéban était dominant, il n’avait eu que quelques occasions de vivre son kiff. Mais il savait qu’il était né pour dominer. Un mec, Ou peut-être le monde. Ce soir Estéban fit une photo de ses chaussettes de deux mois qu’il conservait bien au chaud dans un sac avec des dizaines d’autres dont l’état montraient bien tout son art et ses capacités à faire d’une chaussette blanche une puanteur noire. Il enfila ses chaussettes Tacchini, sorti ses Air Force One, mit le bout du pied dans une et plaça l’autre afin que l’on voie parfaitement l’intérieur. Il laissa les chaussettes à ses pieds pour sa branle qui n’allait pas tarder à arriver. Il publia, avec des tonnes de hashtag afin de faire le plus de bruit possible sur Insta, il venait d’ailleurs de dépasser le kilo d’abonnés. Après la publication, il alla checker les dizaines de messages qu’il recevait chaque jour. Des petites putes écervelées en manque de bite, mais qui assurément ne feraient pas le poids devant la puanteur d’Estéban. Une meute de petites chiennes demandaient en permanence des photos de ses ieps, ou de ses chaussettes. Comme s’il n’avait que ça à faire, ça le saoulait vraiment, au point même qu’il envisageait de supprimer son compte. Il était encore retenu sur le réseau social par de belles rencontres qui viendront un jour. Néanmoins, un message d’un nouveau genre était arrivé ce soir : un mec qui semble d’une banalité incroyable, 25 ans, parisien, passionné d’art. Il mettait en avant son admiration pour Estéban, l’envie qu’il avait d’être soumis à une telle puanteur masculine et surtout de passer sa langue, durant des heures, sous ses panards crades. Il aimait être soumis, humilié, réduit en esclavage. La branle allait débutée pour Estéban puisqu’à la lecture de son message, sa queue s’était dressée. Elle perdit vite de sa vigueur à la visite du profil parisien : des vinyles, beaucoup de vinyles, des photos de paysage, des panards du parisien. Rien de bien excitant. Estéban répondit néanmoins qu’il aimerait en voir plus de lui.

Je sorti mon IPhone pour chercher un Uber dans le coin. Je n’avais qu’une seule envie ; rentrer dans mon appartement, qui flirtait avec les 35 degrés en ce mois d’été si torride, pour chialer encore, abasourdi de ce qui s’était passé avec Monsieur Queue-Énorme-&-Mollard-Glaireux. Je séchai rapidement mais je puais. Je puais la pisse. La pisse de cas soc’ des bas quartiers parisiens. Le Uber me reconduit chez moi. Je bloque en route mon rencard de ce soir en lui expliquant, un peu bêtement, que j’avais un mec et que je n’avais plus envie d’aller plus loin. Je pris une douche salvatrice et réconfortante. L’eau tiède me coulait le long du corps, mais en fermant les yeux, j’avais encore en tête les événements de ce soir. Les plans parisiens, c’était fini. Il y a trop de malades. Et vu que je ne reçois jamais chez moi, pour la raison équivalente, je ne veux pas vivre à la Edouard Louis et son « Histoire de la violence ». Quoique. Bref, ma vie sexuelle n’était pas des plus palpitantes. Je me séchai, enfilai juste un short large et me foutais au lit, smartphone et queue à la main. J’allai sur Insta voir un peu les profils de jeunes mecs kiffants qui grouillent désormais sur cette appli. Moi je ne publiais pas grand-chose sur mon compte, si ce n’est des œuvres d’art qui me passionnaient. Évidemment, je n’ai pas fait l’école Staatliches Bauhaus mais je m’y connais quand-même en art. J’ai un message. Putain! le jeune mec puant strasbourgeois que je suis depuis un bon mois m’a répondu. En rentrant du taf tout à l’heure, j’étais fin excité et j’ai pris mon courage à deux mains pour lui écrire et lui faire part de mon admiration pour son profil, ses photos, sa crasse. Il me répond qu’il veut en savoir et voir plus. Je lui fais un long message pour me décrire et lui envoie plusieurs photos de moi. Des nudes aussi. Je me caresse les abdos, puis glisse ma main sur ma grosse queue puante, j’ai besoin de juter. Je pense à ce p’tit mec de l’est, à ses chaussettes, à ses odeurs. Si seulement je le voyais un jour.

La branle d’Estéban continuait et battait son plein. Il matait des vidéos sur le net, et regardait aussi différents profils sur Insta. Il reçut la réponse du parisien. Il pensa qu’il était putain de bien foutu. Dans une semaine, Estéban serait seul, ses parents partaient en vacances et il n’avait aucune envie de partir avec eux. Il aurait la maison pour lui pendant une semaine, donc pourquoi pas accueillir un mec. L’idée émerge dans sa tête. Il lui répond pour connaitre ses limites, ses envies, ses kiffs. La réponse ne se fait pas immédiatement. Estéban se balade sur d’autres sites, empoigne ses chaussettes pour les sniffer avant de se lâcher dans sa paire actuelle. Cette dernière, fête ce soir ses 30 jours. La plante est noire. Réellement. Cruellement. Si ses parents voyaient cela … Deux heures du matin : Estéban s’endort, une chaussette encore accrochée à sa queue.

Je me réveillai le lendemain matin et j’avais une réponse du jeune homme de 18 ans. Il voulait des détails : je lui en donnai, je lui dis ce que j’aime, ce que je n’aime pas, mes limites, mes kiffs les plus fous. Ce que j’ai déjà fait, ce que je n’ai pas encore osé. Je suis assez prolixe. Je veux lui plaire. Ma longue réponse envoyée, je me prépare pour le Tribunal et le rejoins un peu groggy de la veille. La journée passe, vivement les vacances. Encore un jour à tenir. Il m’a répondu. Des réponses assez courtes et m’a parlé aussi de ce qu’il faisait avec son ex. Il était allé assez loin et cela me plaisait. Néanmoins, du haut de ses 18 ans, il n’avait pas une expérience énorme. Je lui demandai alors s’il serait d’accord pour qu’on se voit un jour. Il répondit rapidement que oui. J’étais en vacances demain, je partais 5 jours à Genève voir des amis et je pouvais faire un crochet par Strasbourg, s’il pouvait me recevoir. Il me répondu positivement. Putain ! J’allais rencontrer le mâle aux jeunes chaussettes puantes. Ce mec me faisait tellement fantasmer, tellement bander. Nous parlâmes encore durant tout le vendredi, ou j’avais une journée plus tranquille pour terminer. Il me faisait un peu peur, dans certains de ses propos. Il semblait trash. Vraiment… Et il me disait très souvent qu’il faudrait que j’assume pour ses chaussettes crades. Il pue. Et je ne pourrai plus reculer. Les limites étaient fixées. Je pouvais partir tranquillement à Genève. J’allais être frustré toute la semaine et tellement excité chez mes amis. Je lui avouai que la domination financière, dans une certaine mesure, pouvait m’exciter. Cela ne lui faisait rien, en tout cas, cela ne l’excitait pas. Néanmoins, pour répondre à mes envies, il me demanda de lui faire un cadeau pour mon arrivée. Et que s’il y avait des courses à faire chez lui (il y en aura), je sortirai mon portefeuille. J’ai hâte.

Estéban réfléchit : il avait envie d’un bon soumis. Ses parents partaient et laissaient donc la maison vacante. Il n’avait pas grand-chose à faire si ce n’et s’entraîner quatre après-midis avec ses potes au foot. Ses vacances étaient assez monotones en réalité. Il aimait bien son parisien bien foutu. Il le soumettrait. Durement, mais il sait que les deux prendraient du plaisir. Durant cette semaine, il mettrait des liqueurs en réserve : toutes ses pisses seraient conservées dans de grandes bouteilles d’Évian, il avait pour ambition de remplir une bouteille d’un litre de mollards, pour divers emplois futurs. Il avait déjà des idées. Plein d’idées. Il avait un entrainement de prévu samedi après-midi, il retrouverait ses potes sans souci. Estéban décida de l’heure : son parisien devrait être là à 9h samedi matin. Frais, disponible et soumis.

Strasbourg, Rue des Franc-Bourgeois, 8h45. Je gare ma voiture dans un parking surveillé, je ne veux pas me faire rayer ou voler ma caisse. Je sais que je suis là pour une bonne journée. Estéban m’a dit qu’il m’autoriserait à dormir chez lui. Mais pas dans un lit, par terre, ou sur le tapis sale du chien. Cela va dépendre de ma prestation de la journée. Mais je vais bien évidemment essayer de le satisfaire au maximum. Je le suis levé très tôt ce matin, un peu avant 4h pour être à l’heure au rendez-vous que m’avait fixé Estéban. Je lui ai acheté une montre Daniel Wellington 1123DW, je ne me moque pas de lui. Et je me suis dit qu’en revenant de Suisse, c’était un cadeau plutôt logique, je lui ai fait emballer pour avoir davantage l’effet de surprise, j’espère qu’il en sera satisfait. Je suis prêt à le rejoindre. Il m’a donné une adresse exacte, je ne sonnerai pas avant 9h, heure fatidique à laquelle je devenais larve pour un week-end. Ou ses désirs étaient des ordres. Ou ses odeurs devenaient celle de mon nez. Ou sa crasse devenait celle de ma langue. Ou ses envies les plus salaces, dégueulasses possibles seraient absoutes par leur seule évocation.

Estéban s’endormit vendredi soir avec sa queue engouffrée dans une chaussette noire dont il avait une impressionnante collection, une cinquantaine de paires toutes aussi maculées les unes que les autres, dans un sac Eastpack noir bourré à en craquer. Pour se branler ce soir, il avait pensé à ce qu’il imposerait à son chien parisien. Le ferait-il récurer à la brosse à dents et au permanganate de potassium toute sa salle de bain ? Le fera-t-il dormir et bouffer comme un chien ? Il lui avait préparé des gâteaux à la banane, il pensait qu’il était généreux avec une lope pareille. Il a suivi une recette de purée façon feu Robuchon : 50% de pommes de terre et 50% de beurre. Pour lui, ce sera 50% de banane et 50% de mollards, le tout mélangé à de la pâte à gâteau. La pâte était très mousseuse, il l’a mise dans de petits moules à cupcakes. Le résultat était satisfaisant : 12 cupcakes bien crades à faire bouffer à ce parisien habitué aux macarons La Durée. Estéban n’avait préparé que cela pour le petit déjeuner du lendemain. Le reste sera au feeling. Il s’endormit paisiblement en attendant le lendemain avec une grande impatience. Le réveil est mis à 8h45, il émerge, il frotte ses petits yeux noirs encore collés de la courte nuit qu’il venait de passer. Il retira la chaussette elle aussi collée à sa queue restée bien moite de la nuit. Il posa ses deux panards d’une puanteur inimitable à terre, ses chaussettes noires de crasse étaient restées toute la nuit à ses pieds. Il alluma son portable, il avait une dizaine de messages, et une centaine de notifications sur Instagram après sa publication d’une heure du mat’ de la veille. Les kiffeurs sont nyctalopes. Il ne prit évidemment pas la peine de se laver. Cela ne servait à rien. Il descendit, sa chambre était à l’étage, il ne prit évidemment pas la peine de l’aérer. Il enfile ses AF1 déjà bien pourraves et puantes. Elles sont usées mais elles étaient tellement bonnes à porter. Estéban pris les clés pour ouvrir la porte de la maison. Il était 9h01 à son IPhone. Il ouvrit la porte et aperçu très vite son parisien en costume cravate à l’extérieur, il avait un petit sac de voyage et un autre petit sac blanc qui ressemblait à un cadeau. Estéban sorti l’air de rien et s’approcha du parisien bientôt soumis.

Histoire gentiment illustrée par le légendaire YoungSmellySocks